Sélectionner une page

L’empire cosmétique s’est construit sur l’espoir d’« être jeune » si nous achetons un produit miracle. Mais si nous regardons autour de nous, les exemples contradictoires sont pléthores : combien de gens vieillissent mal en dépit de leurs soins physiques ?

Si les remèdes physiques ont toute leur importance pour ralentir le vieillissement, il existe d’autres facteurs importants. Le désir d’une apparence juvénile s’enracine dans notre peur de la mort. Cette peur gît au plus profond de notre inconscient depuis la nuit des temps. Elle explique non seulement notre volonté de survivre à tout prix, quitte à vivre un cauchemar plutôt qu’à subir la mort, mais aussi notre volonté de puissance — une forme plus complexe, sublimée et mentale de l’instinct de survie, qui alimente tous nos mécanismes de contrôle pour rester jeune et moins vulnérable.

La jeunesse symbolise une santé robuste qui se reflète aussi dans un corps bien proportionné — la définition même du beau —. Une apparence juvénile entretient notre pouvoir d’attraction sur les autres et alimente notre confiance d’avoir des opportunités dans la vie.

Le fait est que votre apparence juvénile a beaucoup plus à voir avec une abondance d’énergie vitale qui se manifeste lorsque vous êtes « bien dans votre peau », bref, ancré dans votre chemin de vie. Regardez autour de vous : ceux qui s’épanouissent le plus maintiennent davantage leur apparence juvénile, comme s’ils vivaient hors du temps. Leur âge devient plus difficilement traçable, même après 60 ans ! Ils ont tellement d’énergie qu’ils maintiennent un niveau de productivité semblable à celui d’un jeune de 20 ans, tout en créant continuellement des opportunités pour vivre plus intensément.

À l’inverse, lorsque je vivais en Asie, l’aspect parfois desséché, vieilli et fatigué de certains moines isolés en monastère me choquait. Une vie de méditation contemplative, supposée « purifier » le corps, devrait les aider à rester plus jeunes que la moyenne. Mais une vie de privations ne signifie pas que nous accédons à notre chemin de vie. Pour certains, peut-être. Pour d’autres, non. En nous éloignant de ce que nous aimons faire dans la vie, nous vivons en contradiction avec le désir de notre moi profond. Automatiquement, l’inconscient réduit notre vitalité pour attirer l’attention de notre conscience ; un malaise apparaît et nous oblige à choisir autrement. Nous nous retrouvons alors à la croisée des chemins, entre la peur de l’inconnu et la souffrance causée par une vie de contre sens.

Le choix de l’inconnu, du renouvellement continu, est ce que les mystiques de l’antiquité présupposaient derrière le concept de la « résurrection ». Tel un phénix qui renaît de ses cendres, si vous laissez mourir vos croyances limitantes en choisissant autrement, vous apprenez à rester jeune psychologiquement : habile, flexible, plein d’engouement pour surmonter vos épreuves, bref charismatique, tant et si bien que vous vous sentirez jeune et vous serez perçu tel quel, même à la veille de votre mort.

Si vous aimez cet article, vous aimerez aussi mon livreLa quintessence de la vie, disponible en version Kindle et brochée sur le site d’Amazon (cliquez sur le lien ci-dessous). Offre exceptionnelle limitée dans le temps à 2,99€ au lieu de 15,00€, soit 80% de réduction. Vous hésitez ? Jugez donc la qualité professionnelle par vous-même en téléchargeant, gratuitement et sans risque, les trois premiers chapitres de mon livre sur Amazon. Ce que j’ai écrit n’existe pas ailleurs.

Consulter sur Amazon

Votre avis est très précieux. Si vous avez lu mon livre, laissez un commentaire sur Amazon, pour faire connaître La quintessence de la vie.

Ne manquez pas les prochaines publications ; rejoignez ma newsletter, suivez-moi sur les réseaux sociaux !