Sélectionner une page

Nos pensées destructives procèdent entièrement des abysses de l’inconscient. Tenter de les maîtriser uniquement par un jeu de respiration, des mantras, des pensées positives ou des drogues, mais sans comprendre ce qui se passe, revient tout simplement à vouloir stopper les vagues de l’océan avec notre main ; cela est très difficile. Aussi, réagir contre ce flux mental, aussi douloureux qu’il puisse paraître, nous réduit à combattre un épouvantail sans vie. En fait, nous validons l’existence de notre négativité en combattant, ou bien en refoulant ses manifestations. Nous aurons beau mettre à terre notre épouvantail dans la tête, le problème de fond ne s’arrangera pas, car nos pensées sont des symptômes dont la racine est ailleurs.

Surmonter notre flux mental négatif implique de le comprendre intégralement. La vraie compréhension dépasse notre approche intellectuelle occidentale ; elle implique ce que les sages d’orient appellent communément un satori, une prise de conscience totale où toutes nos énergies — physiques, émotionnelles et mentales — sont reconfigurées autrement. Bref, l’éveil à la solution exige des vraies décisions, avec des actions concrètes dans notre monde physique, qui influeront notre nature émotionnelle, puis mentale.

Toutes nos pensées négatives procèdent de l’inadéquation de nos croyances internes. Depuis des millénaires, nos civilisations se sont construites sur la même impulsion universelle : l’instinct de survie animal. Cette impulsion fut extrêmement vitale au développement de la vie sur terre. Mais voilà ; une révolution cognitive a littéralement transformé la civilisation humaine il y a environ 6 000 ans. Les êtres humains développèrent la capacité d’imaginer et apprirent à se projeter dans le temps, au lieu de simplement vivre l’instant présent comme les animaux. Les sociétés primitives de chasseurs-cueilleurs commencèrent alors à péricliter, et les premières civilisations complexes apparurent, grâce au développement d’un langage structuré, de l’écriture et de l’agriculture. Mais notre révolution cognitive ne s’est pas accompagnée d’une remise à plat de nos croyances psychologiques, qui restent exactement les mêmes depuis la préhistoire. Tout notre système de pensée, jusque dans les moindres détails, repose sur l’instinct de combattre ou refouler notre négativité. Nos capacités cognitives amplifient et subliment la réponse combat – fuite à toutes nos actions, émotions, et pensées, au point de saboter notre bonheur.

En projetant sur votre conscience des pensées négatives, l’inconscient veut attirer votre attention sur un certain problème, parce qu’il veut que vous le traitiez, de gré ou de force. Percer votre bulle négative requiert du courage, car il vous faudra explorer les abysses inconnus de votre inconscient, analyser l’origine de vos défauts et de vos douleurs, sans non plus céder au « côté obscur de la force » (Star Wars). Ce chemin délicat peut être effrayant ; non pas pour ce qui se cache dans l’inconscient, mais parce le monde craint d’embrasser son pouvoir personnel. Comprendre votre univers intérieur enclenche des forces intangibles qui vous permettront de laisser partir, aisément et à tout jamais, les pensées et les émotions négatives qui vous incommodent. Libéré de vos peurs, vous deviendrez ainsi la meilleure version de vous-même dans un monde qui le nécessite vraiment.

Si vous aimez cet article, vous aimerez aussi mon livreLa quintessence de la vie, disponible en version Kindle et brochée sur le site d’Amazon (cliquez sur le lien ci-dessous). Vous hésitez ? Jugez donc la qualité professionnelle par vous-même en téléchargeant, gratuitement et sans risque, les trois premiers chapitres de mon livre sur Amazon. Ce que j’ai écrit n’existe pas ailleurs.

Consulter sur Amazon

Votre avis est très précieux. Si vous avez lu mon livre, laissez un commentaire sur Amazon, pour faire connaître La quintessence de la vie.

Ne manquez pas les prochaines publications ; rejoignez ma newsletter, suivez-moi sur les réseaux sociaux !