Sélectionner une page

Si la réponse paraît évidente, surtout vis-à-vis de nos proches, la réalité cachée derrière l’amour pourrait vous surprendre. 

Les vertus euphoriques de cette émotion fascinent l’humanité depuis la nuit des temps : elle renforce le sentiment d’être important aux yeux d’autrui, voire invulnérable face aux problèmes. Porté vers les autres, l’amour se transforme en un don d’énergie, un cadeau d’attention et d’action pour faire le bien autour de soi.

Mais l’amour renferme un secret profond que nous choisissons trop souvent d’oublier par peur d’être rejetés : son retour conditionne notre don. Une faveur est rarement gratuite, car nous croyons tous manquer d’amour. Cette carence entraîne le besoin naturel de chercher l’attention des autres. Nous aimons pour être aimés, donc pour être importants aux yeux d’autrui. C’est le désir euphorique de se sentir exceptionnel à son tour. Un sentiment de puissance nous submerge si l’amour nous revient. En devenant le roi ou la reine, l’énergie euphorique nous envahit pour nous notifier que nous recouvrons un état de pouvoir.

Le monde n’est pas toujours satisfait de notre bonté, de notre travail ou de notre attitude bienveillante. Les gens peuvent se montrer insensibles à notre gentillesse et même en abuser, sans éprouver le moindre remords. La souffrance pointe alors le bout de son nez, révélant surtout un mécanisme de contrôle du pouvoir que personne ne voit : souvent, nous croyons aimer quand nous ne cherchons (inconsciemment) qu’à contrôler les autres.

Certains pourraient dire que c’est faux, et croire en leur altruisme. Pourtant, ils souffrent quand tout va mal, si le monde les déteste, quand un accident leur arrive, lorsqu’ils perdent un être cher. La douleur révèle nos conditions cachées. Elle met au jour l’égoïsme intrinsèque de la nature humaine et force le monde à ôter son masque social. Nous nous plaignons et nous agressons en retour pour regagner le sentiment d’être spécial, de valoir plus que les autres, bref, pour recouvrer une sensation de puissance. Nous projetons l’espoir de contrôler le futur en employant des mécanismes du passé, afin d’éviter l’intolérable impression de vulnérabilité qui régit le moment présent.

Comment parler d’amour sincère si nous sommes incapables de faire face à de telles situations incontrôlées avec sérénité, confiance, intelligence et joie de vivre ? La douleur ressentie lorsqu’une situation nous échappe révèle au grand jour les conditions de notre amour, qui vise souvent à contrôler indirectement une circonstance, en gagnant d’abord l’estime des autres pour ensuite recevoir l’attention tant désirée.

Certains pourraient s’imaginer qu’il est impossible d’aimer inconditionnellement. Détrompez-vous ; cela est possible, mais nous devons abandonner nos croyances limitantes. Surtout, nous avons besoin de comprendre, en notre for intérieur, que tout l’amour que nous cherchons est déjà là, sans nous battre pour l’avoir. Ainsi, le besoin de contrôler une situation exogène disparaît. Peu importe le problème dans lequel vous vous trouvez, le stress ou le cauchemar que vous vivez. Avec le bon état d’esprit, vous aurez tellement d’amour à donner que vous ne sentirez plus le besoin de conditionner son retour.

Si vous aimez cet article, vous aimerez aussi mon livreLa quintessence de la vie, disponible en version Kindle et brochée sur le site d’Amazon (cliquez sur le lien ci-dessous). Offre exceptionnelle limitée dans le temps à 2,99€ au lieu de 15,00€, soit 80% de réduction. Vous hésitez ? Jugez donc la qualité professionnelle par vous-même en téléchargeant, gratuitement et sans risque, les trois premiers chapitres de mon livre sur Amazon. Ce que j’ai écrit n’existe pas ailleurs.

 Consulter sur Amazon

Votre avis est très précieux. Si vous avez lu mon livre, laissez un commentaire sur Amazon, pour faire connaître La quintessence de la vie.

Ne manquez pas les prochaines publications ; rejoignez ma newsletter, suivez-moi sur les réseaux sociaux !